Enjeux de l’Intersecteur Papier Carton

Face à l’évolution des métiers et des effectifs et au déficit d’attractivité dont sont victimes les industries, l‘Intersecteur Papier Carton définit ses priorités d’actions. Celles-ci imposent la définition d’une politique de filière commune sur l’emploi et la formation, qui invite à fédérer l’ensemble des acteurs de la profession afin de renforcer l’unité d’action.

Assurer le passage d’une filière de formation comportant des diplômes papetiers à une filière de formation qui s’appuiera sur des diplômes transverses et orientés « Inter-industries »  à l’image du Baccalauréat Professionnel Procédés de la chimie, de l’eau et des papiers-cartons crée en septembre 2012 (Télécharger la publication au Journal Officiel du 19 septembre 2012).

Un trop petit flux de formés
Historiquement, les industries des Papiers et Cartons disposent de diplômes spécifiques, relevant du Ministère de l’Education Nationale et allant du CAP au BTS. Les effectifs inscrits dans ces formations papetières ont toujours étaient très faibles. Ces dernières années, ils ont diminué et sont à présent à un seuil qui ne permet plus de maintenir des sections ouvertes.

Une évolution dans les choix d’orientation scolaire et professionnelle

C’est un fait, aujourd’hui les élèves et leurs familles privilégient les formations qui offrent des perspectives d’insertion diverses. Les sections de formation papetières sont jugées trop spécifiques et trop restrictives en termes de débouchés. Pour que les métiers des Industries des Papiers et Cartons gagnent en attractivité auprès des élèves et de leurs familles, il convient de s’inscrire dans une dynamique qui privilégie l’« Inter-industries » et donc de rattacher la formation aux métiers des Papiers et Cartons à des diplômes transverses.

Un impact sur la fonction-formation en entreprise
Si dans le cadre de la formation initiale les diplômes préparant aux métiers des Papiers et Cartons deviennent des diplômes transverses, il va être nécessaire de repenser l’apprentissage des savoirs papetiers spécifiques, qui ne peuvent être mis de côté. Plusieurs hypothèses sont déjà soulevées :
-l’articulation d’un diplôme transverse avec un Certificat de qualification professionnelle ;
-des formations papetières spécifiques mise en place par les CFA ;
-la mise à profit de la période de stage en entreprise comme une période de formation en entreprise.
Ces différentes hypothèses supposent un recours à un tuteur et à une ingénierie de formation au sein de l’entreprise.